Le Chiffre de la semaine

12

Le monde entier est empêtré dans la crise du Covid-19 depuis décembre dernier. La quasi-totalité des pays de la planète est frappée par ce virus dont la propagation effraie dirigeants et scientifiques. Les conséquences économiques s’annoncent catastrophiques pour l’après crise, surtout dans les pays africains, à en croire les discours tenus ici et là par les grands décideurs de la planète. Ce que reconnaît d’ailleurs l’Union africaine qui plaide pour l’allègement des dettes du Continent. Récemment, les 20 pays les plus riches du monde (G20) et le Club de Paris ont donné un écho partiel au cri de détresse  des dirigeants africains. Ainsi, il a été décidé d’accorder un moratoire de 12 mois à 76 pays dont 40 en Afrique  par rapport au paiement des services des dettes. 44 milliards de dollars de services de dettes à payer cette année par ces pays le seront en 2021. De quoi permettre à ces derniers de dégager des moyens pour mieux lutter contre le Coronavirus et donner du souffle à leurs économies fortement affectées.

Certes, le moratoire en soi n’est pas mauvais. Mais en réalité, il s’est agi dans le cas d’espèce de différer les difficultés économiques des pays de douze mois. Dans la situation actuelle, il y a des efforts à demander aux dirigeants africains. Dans un premier temps, ils doivent faire le point de leurs avoirs dans les Banques aux Etats-Unis, en Suisse, en France, aux Emirats arabes ainsi que dans les paradis fiscaux. Ensuite, ils s’engageront  à rapatrier juste une partie et ça suffirait pour lutter contre le Coronavirus et donner de l’oxygène à l’économie africaine. La balle est donc surtout dans le camp des dirigeants africains qui doivent arrêter avec les jérémiades pour sauver le Continent.

Smith

Related Posts