septembre 15, 2019
Politique

Gestion de la crise post électorale : Le temps commence par jouer

Gestion de la crise post électorale

Le temps commence par jouer

20 mai 2019, le président de la République annonce sa volonté politique de voir la crise post électorale réglée  assez rapidement. Mais les jours passent et la décrispation traîne. Du moins les gestes forts qui garantissent des élections inclusives peinent à se révéler. Il faut craindre que l’histoire bégaie à nouveau dans huit mois où devraient se tenir les élections locales, municipales et communales.

Sauf revirement spectaculaire, les populations béninoises doivent se rendre bientôt aux urnes après les législatives du 28 avril dernier. Elles se rendront aux urnes cette fois-ci pour renouveler le mandat des élus locaux qui arrive à expiration en mars prochain. Ce qui suppose, comme dans le cas des législatives passées, la mise en place  de tout un processus électoral. Or, celui qui a servi à l’organisation du dernier scrutin est à l’origine de la crise dans laquelle est embourbé le pays depuis plus de deux mois. Car, le code électoral et la charte des partis politiques dans leur mise en application ont conduit à l’exclusion d’une frange importante de la classe politique. Le Chef de l’État dans sa première sortie médiatique après les élections législatives a reconnu les faiblesses qui y sont liées et s’est engagé à les corriger. Bientôt deux mois vont passer après cet engagement; mais visiblement les lignes n’ont pas encore véritablement bougé dans le sens de corriger les errements : relecture du code électoral et de la charte des partis politiques.

Certes, des initiatives de médiations, notamment celle des évêques du Bénin, sont en cours. Et c’est une bonne chose. Seulement, elle a besoin d’être soutenue par toutes les autres composantes de la société (les autres confessions religieuses, les organisations non gouvernementales œuvrant pour le renforcement de la démocratie…) afin d’être porteuse. Pour l’instant le bout du tunnel n’est  pas encore perceptible. Du côté de l’Assemblée nationale où doit se jouer la grande partition, c’est le statu quo. Du côté du Palais de la Marina, après les bonnes intentions du président Patrice Talon de favoriser la mise en place d’un mécanisme en vue de l’organisation d’élections inclusives, les actes ne suivent pas toujours. Au point où il se dégage une ambiance d’attentisme face à la crise post électorale à laquelle il faut pourtant apporter une solution urgente. D’autant qu’on ne le dira jamais assez, le temps presse. En effet, les élections municipales et locales devraient se tenir théoriquement en mars 2020. Or le Protocole de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) interdit toute modification du code électoral à moins de six mois du scrutin. Dans ces conditions, il reste à peine trois mois pour opérer les réglages utiles au niveau des textes fondamentaux en vue d’une élection inclusive.  Malheureusement, tout porte à croire que les acteurs politiques toutes tendances confondues s’en préoccupent peu. À la limite, ils s’illustrent dans des accusations réciproques sans la moindre proposition réaliste de sortie de crise. Les uns appellent au dialogue sans dire comment y parvenir. D’autres posent la reprise des élections législatives comme préalable sans dire à quoi s’en tenir après.  Pendant ce temps, le Chef de l’État après son annonce du 20 mai et l’autorisation de la levée du siège du domicile de l’ancien président Boni Yayi par la police se mure dans un silence qui inquiète certains observateurs de la vie politique nationale.

À l’allure où vont les choses, tous les acteurs sont interpellés : président de la République, Assemblée nationale, leaders politiques de la mouvance et de l’opposition, autorités religieuses et société civile. Ils doivent se résoudre à fédérer les efforts pour éviter que l’histoire ne bégaie à nouveau dans quelques mois avec les communales et peut-être plus tard avec la présidentielle. Ce qui pourrait projeter le Bénin dans une impasse évitable.

Alain SESSOU 

Related Posts