juillet 19, 2019
Editorial

Éduquer par le sport

La Coupe d’Afrique des nations de football 2019 débute ce vendredi 21 juin. Pendant un mois le ballon rond n’en finira pas de rebondir sur les pelouses des stades égyptiens mais aussi sur nos petits écrans, en famille, dans les bars où nous suivrons notre équipe nationale qui participe à cette grande compétition continentale. De petites tranches de bonheur de 90 minutes dans un monde d’actualité brute.

Nous souhaitons que notre Onze national fasse une bonne prestation en franchissant tout au moins la phase des groupes. Mais qu’est-ce qui pousse donc des millions d’hommes et de femmes à se rassembler pour vibrer devant vingt-deux gaillards, en short, courant derrière un ballon ? C’est la magie du foot. Ce qui plaît ? Sa simplicité, ses règles, le beau jeu, l’ambiance, le besoin de communion mais aussi le suspense, car le scénario d’un match n’est jamais écrit à l’avance. Pourtant, le football est bien plus qu’un simple divertissement, il est surtout un formidable outil d’éducation de la jeunesse.

Cette vertu éducative explique l’intérêt qu’a manifesté l’Église catholique pour le sport dans sa version moderne. Depuis le Pape Saint Pie X qui a organisé en 1905 le premier congrès de sportifs chrétiens au Vatican, l’Église s’investit dans le domaine sportif, par souci d’éducation morale et religieuse de la jeunesse. En ce sens, la grande idée de Jules Rimet, fondateur de la Coupe du monde de football en 1928, et très marqué par le catholicisme social, est de professionnaliser le football de manière à le rendre accessible aux jeunes des milieux modestes. Objectif : travailler le corps, éveiller l’esprit.

Aujourd’hui, on peut souhaiter que l’Église réinvestisse ce domaine qui prend une place considérable, en particulier chez les jeunes en Afrique comme au Bénin. Ne l’oublions pas : les premiers clubs de football en Afrique étaient fondés par les missionnaires. Ils s’appelaient les Sainte Jeanne d’Arc : ceux de Dakar, de Bamako, de Libreville. Le sport est incontestablement un lieu d’évangélisation et d’apprentissage de vie. Les Salésiens de Don Bosco ont une longue expérience en matière d’éducation par le jeu. Alors la pastorale de l’Église doit être plus inventive dans ce domaine et redonner au sport son esprit.  Et ne pas être hors-jeu.

Related Posts