octobre 19, 2019
Comprendre la Parole

La Sainte Trinité

11e Dimanche ordinaire-C

La Sainte Trinité

Après la fête de la Pentecôte qui nous a révélé le mystère de l’Esprit-Saint, Auteur de la naissance de l’Église, nous abordons le mystère de la Trinité que nous fêtons en ce dimanche. Depuis l’Ancien Testament, nous en savons longuement sur l’unicité de Dieu (Dt 6, 4) et sur sa désignation comme Père (Dt 32, 6 ; Ps 67, 6 ; Is 63, 16). La formule qui a trait au fils de Dieu se réfère dans l’Ancien Testament soit au peuple d’Israël (Ex 4, 22 ; Os 11, 1), soit au roi (2 S 7, 14 ; Ps 110, 3) ou bien aux justes (Sg 2, 18 ; 5, 5 ; 18, 13). Quant à l’Esprit de Dieu, on le voit à l’œuvre dans certains hommes (Gn 41, 38. 41 ; Jg 6, 34 ; Is 11, 2 ; Ez 39, 29 ; Jl 3, 1). Pour ce qui est des références qui peuvent révéler de façon explicite la Trinité dans l’Ancien Testament, il n’y en a presque pas. Cependant, le récit de l’apparition de Yahvé à Mambré (Gn 18, 1-3) laisse admiratif le lecteur devant Abraham qui désigne les trois visiteurs “divins” au singulier : « Monseigneur, je t’en prie, si j’ai trouvé grâce à tes yeux, veuille ne pas passer près de ton serviteur sans t’arrêter » (Gn 18, 3). Il y a déjà dans ce texte une certaine vision de la Trinité.

Le Nouveau Testament abonde en références que l’on peut appréhender comme étant des formules trinitaires : « Au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (Mt 28, 19) ; « Dieu a envoyé dans nos cœurs, l’Esprit de son Fils qui crie : Abba, Père ! » (Ga 4, 6) ; « La grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu le Père et la communion du Saint Esprit » (1 Co 13, 13). Au nombre de ces textes, celui du baptême de Jésus est d’une grande signification et met en scène sur la terre, les trois personnes divines ensemble : « ayant été baptisé, Jésus aussitôt remonta de l’eau ; et voici que les cieux s’ouvrirent : il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici qu’une voix venue des cieux disait : “Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur” » (Mt 3, 16-17).

Sur terre se manifeste aux hommes la sagesse de la Sainte Trinité

La première lecture évoque la sagesse de Dieu qui joue sur toute la terre et trouve ses délices parmi les fils d’hommes (Pr 8, 31). Cette sagesse s’est manifestée en nous donnant accès au monde de la grâce (cf. la deuxième lecture). La révélation du mystère trinitaire par le Christ découvre ainsi aux hommes la sagesse qui régit les relations d’amour qu’il y a entre les trois personnes divines.

– Jésus parle de l’Esprit en le définissant par rapport à sa personne et par rapport à leur mission commune auprès des hommes. « L’Esprit guidera les disciples vers la vérité tout entière » (Jn 16, 13). « Ce qu’Il dira ne viendra pas de lui-même… Il redira tout ce qu’Il aura entendu » (Jn 16, 13). « Il me glorifiera, car Il reprendra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître » (Jn 16, 14.15). Quand il advient des guerres de leadership entre les hommes et que les missions communes deviennent le lieu où chacun par un élan égoïste, vise seulement à tirer le drap de son côté en détruisant les autres pour se faire valoir, nous devons comprendre que nous sommes encore loin de la Sainte Trinité qui nous a créés à son image. Glorifier l’autre est le plus grand témoignage d’amour et le signe de détachement qui caractérise les grandes âmes.

– Jésus parle du lien d’unité qu’il y a entre Lui, le Père et l’Esprit : « Tout ce qui appartient au Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : Il reprend ce qui vient de moi pour vous le faire connaître » (Jn 16, 15). Saint Augustin définit ce lien en terme d’amour : « le Père aimait le Fils et leur amour mutuel est l’Esprit ». Que cet amour irrigue nos cœurs arides et nous libère de nos “vies de chacun pour soi”. Amen.

  • Dans ma vie

Notre monde de challenge a tout à apprendre des relations entre les personnes de la Sainte Trinité : Viser la mission au service des hommes et entretenir de saines collaborations au service de cette mission.

  • À méditer

« Tout ce qui appartient au Père est à moi ; voilà pourquoi je vous ai dit : Il reprend ce qui vient de moi pour vous le faire connaître ». Que cet amour irrigue nos coeurs arides et nous libère de nos “vies de chacun pour soi”. Amen !

  • À lire

Pr 8, 22-31 ; Rm 5, 1-5 ; Jn 16, 11-15

Related Posts