octobre 19, 2019
Editorial

 Une évangélisation en dialogue

Depuis le décret du Concile Vatican II, Inter mirifica sur les communications sociales, l’Église a pris davantage conscience de l’importance de sa présence dans le monde médiatique. Elle a surtout pris la mesure des bouleversements induits par les nouveaux médias (Internet et réseaux sociaux) dans la culture contemporaine. En réalité, les médias ne sont pas seulement des moyens, ils sont surtout des lieux de médiation culturelle qui influencent le vivre-ensemble entre les hommes, et donc la nature des relations interpersonnelles.

C’est cette réalité que décrit le message du pape François pour la 53e journée mondiale des communications sociales que nous célébrons ce dimanche 2 juin 2019. Il nous invite surtout « à réfléchir sur le fondement et l’importance de notre être-en-relation et à redécouvrir, dans l’immensité des défis du contexte actuel de la communication, le désir de l’homme qui ne veut pas rester dans sa solitude ».

En fait, « de la communication dépend la vie commune, le visage de la communauté chrétienne, et donc le témoignage  fondamental de l’Église parmi les hommes », a estimé Enzo Bianchi (Les mots de la vie intérieure, Paris, Le Cerf, 2001, p. 143-144). Cette affirmation du fondateur de la communauté monastique de Bose indique l’enjeu important de la pastorale de la communication pour l’Église aujourd’hui.

Qui fera l’histoire culturelle du début de ce siècle ne pourra faire l’impasse sur le développement des outils modernes de communication, lieux de médiation de sens et de culture dans nos sociétés. À ce sujet, l’Église au Bénin a du chemin à faire. Saura-t-elle saisir l’opportunité de cette journée mondiale pour mieux penser le développement des médias catholiques ?

Related Posts