juillet 19, 2019
Questions/Réponses

La prière du Christ pour l’unité de ses disciples peine à se réaliser aujourd’hui. Père, pensez-vous qu’elle sera possible un jour ?

Question

La prière du Christ pour l’unité de ses disciples peine à se réaliser aujourd’hui. Père, pensez-vous qu’elle sera possible un jour ?

Bertrand Finagnon AKPLOGAN

Réponse

La question que tu me poses aujourd’hui s’appuie sur l’évangile dans lequel Jésus prie pour ses disciples afin qu’« ils deviennent parfaitement un ». Mais avec la multiplicité des confessions chrétiennes aujourd’hui, cette  unité tant voulue par le Christ est-elle encore possible ?

La division des chrétiens est sans doute le premier grand frein à la plus sainte des missions que le Christ a confiée à ses disciples : l’annonce de la Bonne Nouvelle pour le salut de ceux qui accèderont à la foi. Pour que l’unité se réalise entre les chrétiens, il faut nous convertir.

Une conversion à l’unité en Dieu

Jésus prie pour que l’unité des disciples soit semblable à celle entre le Père et lui.Il nous faut donc nous entendre sur les modalités de l’unité entre eux. Ne pas y arriver pourrait porter un coup de grâce au projet de l’unité de tous les chrétiens. De fait, l’Esprit fait l’unité entre le Père et le Fils. S’il en est ainsi, une conversion à l’unité en Dieu revient à la conversion à l’Esprit qui est l’agent de cette unité et, par ricochet, de l’unité entre les chrétiens. L’exemple le plus visible est l’événement du jour de la Pentecôte. Malgré la variété des dialectes en présence, tous entendaient proclamer les merveilles de Dieu : les différences de communication et d’expression de la foi ne sont pas une barrière pour l’unité. Bien au contraire, elles offrent les conditions de sa possibilité et de sa beauté.

Une conversion à l’amour-communion

Il n’y a pas d’unité dans un milieu vide d’amour. Il n’est pas aussi anodin de constater que Jésus fait une liaison entre unité et amour dans l’évangile. Jésus est venu briser le mur de la haine par son Sang, pour que l’amour soit possible entre les hommes en sa personne. La haine entre les chrétiens à petite comme à grande échelle nous éloigne de la frontière de l’unité. Il faut revenir nécessairement à l’amour qui fait communion, à l’acceptation de l’autre dans sa différence. C’est le socle du vivre-ensemble dans l’unité. Un changement de notre discours sur les autres sans tomber dans les dérives suicidaires des compromis et des compromissions serait déjà un pas significatif.

Une conversion à la finalité de l’unité

Si Jésus prie pour l’unité des chrétiens, c’est pour que le monde croie en lui et à l’amour invincible de Dieu pour l’homme. L’unité est donc au service de la foi et de l’amour. Si la foi du monde dépend de l’unité des chrétiens, travailler à son avènement devient pour le chrétien comme un précepte divin. Pour y parvenir, une piste efficace nous est offerte : la prière. Elle peut servir de cadre visible de l’effort d’unité de tous les chrétiens. Sur ce, la posture du Christ est indicative de sens pour nous, Lui qui nous a appris à prier “Notre Père”. Frères du Christ par le baptême et frères du Christ dans l’adoption de sa personne, sommes-nous prêts à lever les yeux vers le ciel et prier pour l’unité de tous les chrétiens ?

Savoir que la communion fraternelle est le plus beau message pour l’adhésion des peuples à la foi, et la vivre réellement dans la prière, tel est, ce me semble, l’un des chemins pour que l’unité des chrétiens se réalise.

Père Jean OUSSOU-KICHO (Curé de la paroisse Notre-Dame de Charité de Godomey-Fignonhou)

Related Posts