octobre 19, 2019
Questions/Réponses

Père, comment puis-je arriver à vraiment aimer mon prochain comme Jésus nous a aimés ?

Question

Père, comment puis-je arriver à vraiment aimer mon prochain comme Jésus nous a aimés ?

Romuald KOKODOKO, apprenti-machiniste

 Réponse

Mon fils, ce dimanche, dans son testament d’adieu à ses disciples, Jésus parle de l’amour. Il leur dit : « Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres ». Nous savons tous la difficulté à aimer vraiment notre prochain. Alors, comment peut-on aimer son prochain comme Jésus nous a aimés ?

Avant tout, soyons réalistes. Dans la vie, nous n’avons pas le même penchant pour toutes les personnes à la fois. Une pluralité de paramètres sociaux peut expliquer ce phénomène : lien de familiarité, de collégialité, d’amitié, etc… Un disciple de Jésus se désigne par l’expression « celui que Jésus aimait », et pourtant  chaque disciple pouvait s’identifier dans cette expression en considérant son expérience personnelle avec le Christ. L’amour dont parle Jésus dépasse les questions de sensibilité.

Pour aimer comme Jésus, il faut d’abord analyser le contexte du don de ce commandement. C’est le contexte de la passion et immédiatement de la trahison de Juda. Il est livré, il sera persécuté, humilié. Il mourra d’une mort infâme, comme un brigand. Il aurait pu, devant ce tableau démotivant, renoncer à mourir pour « des ingrats et des traitres ». Non, il accepte d’aller au bout de l’amour.

En donnant le commandement de l’amour dans ces conditions, Jésus montre que la pointe de l’amour à manifester au prochain se trouve dans sa persistance au milieu de la persécution. Il nous révèle ainsi que le véritable amour, à sa manière, tient en la persistance à aimer quand on est rejeté et abandonné par tous.

Tous, nous avons été sans doute offensés plus ou moins sérieusement : oserons-nous aimer l’offenseur au point de nous dévouer pour lui, jusqu’à sacrifier notre temps et notre énergie pour lui ? Du coup, l’amour pour le prochain implique nécessairement le pardon. Il n’y a pas d’amour vrai pour le prochain sans l’intégration de la miséricorde dans notre être-avec-les-autres.

À un deuxième niveau, on peut percevoir que la source de l’amour du Christ pour l’être humain vient de son intimité avec le Père. L’amour du Christ pour nous est au service de la manifestation de la gloire du Père et par ricochet, de celle du Fils. Si nous voulons aimer à la manière du Christ, il sera nécessaire d’interroger les motivations de notre amour pour le prochain et davantage les fonder en Jésus. Il est la source et la finalité de l’amour du disciple pour le prochain.

Jésus ne connaît pas de variation dans son amour pour l’être humain car lui ne change pas même si les comportements des hommes changent. Du coup, le chrétien doit maintenir la constance de son amour pour son prochain en puisant dans la constance de l’amour du Christ pour l’homme. En plus, étant donné que l’amour du Christ pour l’homme est au service de la glorification du Père, nous devons savoir que l’amour gratuit que nous devons à nos frères et sœurs à la manière du Christ est au service de la glorification du Christ et de notre propre sanctification.

Pour aimer vraiment notre prochain comme le Christ, il nous faut atteindre la double certitude que le point pivot du commandement de l’amour se trouve dans sa persistance au cœur de la persécution et qu’elle prend sa source en Dieu et se réalise pour Dieu. Que l’Esprit-Saint, Amour entre le Père et le Fils nous en donne la grâce !

Père Jean OUSSOU-KICHO (Curé de la paroisse Notre-Dame de Charité de Godomey-Fignonho)

Related Posts