Questions/Réponses

Père, que dois-je faire pour que les grâces du Christ Ressuscité se manifestent concrètement dans ma vie ?

Question

Père, que dois-je faire pour que les grâces du Christ Ressuscité se manifestent concrètement dans ma vie ?

 Jonas AHOSSIN-GUEZO

Réponse

Mon frère, je voudrais avant tout souhaiter à toi et à tous nos lecteurs, une joyeuse fête de Pâques et prier que le Ressuscité nous entraîne à sa suite dans sa lumière. En ce jour où nous fêtons Pâques, que pouvons-nous faire pour que les grâces du Ressuscité se manifestent concrètement dans notre vie chrétienne ? En posant un regard d’ensemble sur les textes de ce dimanche de Pâques, un chemin à trois niveaux se fraie pour nous.

En tout premier lieu, il faut croire en la résurrection du Seigneur et devenir témoin du Christ. La résurrection de Jésus est le fondement de notre foi. St Paul affirme : « Si le Christ n’est pas ressuscité, alors vaine est notre foi » (1 Co 15, 17). La foi au Christ est l’adhésion totale de tout notre être à sa personne au point de ne désormais vivre que de lui. Il ne suffira pas seulement de croire et de garder la nouvelle pour soi. Il faut encore devenir témoin de la résurrection en engageant sa vie, jusqu’au bout, pour la Bonne Nouvelle de la victoire du Christ sur le mal. Marie de Magdala, les disciples d’Emmaüs, Pierre et Paul nous en donnent l’exemple dans les lectures proposées à la méditation de ce jour. Il est ressuscité, je crois et je proclame la joyeuse nouvelle à tous les hommes.

À un deuxième niveau, notre foi doit se nourrir de la Parole et de l’Eucharistie. L’évangile des disciples d’Emmaüs, lu le soir du dimanche de Pâques, insiste fortement sur cet aspect. Parole et Pain sont les lieux de présence constante du Ressuscité au milieu de nous. Nous comprenons dès lors que si nous voulons la manifestation des grâces du Ressuscité dans notre vie, nous avons à nous appliquer à lire la Parole de Dieu et à en vivre d’une part, et de l’autre, à communier au Corps du Christ et nous laisser transformer par lui. Il est curieux de constater combien les chrétiens sont à l’affût d’une nouvelle vie dans le Christ en recherchant le sensationnel, alors que la Parole et le Pain, porteurs de vie et de salut et offerts tous les jours, sont parfois relégués au dernier plan. Il est ressuscité et je veux faire de sa Parole et de son Pain les sources de fécondité de sa grâce dans ma vie.

Le dernier palier nous conduit à vivre en ressuscité. Concrètement, il s’agit de mener une vie nouvelle. Les 2èmes lectures de ce dimanche abondent dans ce sens : rechercher les réalités d’en haut et non celles de la terre (Col 3, 2), se purifier des vieux ferments (perversité et vice) pour être une pâte nouvelle (droiture et vérité) (1 Co 5, 8). Dans la lettre aux Galates (5, 16… 25), Saint Paul se fait précis. Il s’agit de quitter les tendances de la chair (libertinage, impureté, débauche, idolâtrie, magie, haine, discorde, jalousie, emportements, rivalités, dissensions, envie, etc.) pour vivre des tendances de l’esprit du ressuscité (amour, joie, paix, patience, bonté, service, confiance, douceur, maîtrise de soi).

La célébration de la Pâques ne peut laisser le chrétien indifférent. Elle l’invite à la foi et au témoignage d’une vie nouvelle nourrie de la fréquentation de la Parole de Dieu et des sacrements. Fais ainsi et tout ira bien. Joyeuses pâques !

Père Jean OUSSOU-KICHO (Curé de la paroisse Notre-Dame de Charité de Godomey-Fignonhou)

Related Posts