Dossier La Une

PÂQUES 2019 : La joie de croire en la force de la vie

PÂQUES 2019

La joie de croire en la force de la vie

Pâques est la fête de la victoire de la vie sur la mort. Elle est le fondement de la foi chrétienne comme l’indique Saint Paul (cf. 1 Co 15, 1-26). Cette année, nous sommes invités, encore plus que d’ordinaire, à la célébrer et la vivre avec beaucoup de joie. Les témoignages de quelques chrétiens viennent apporter cette joie de la foi dont chaque catholique reçoit la grâce.

Propos recueillis par La Rédaction

« Jésus nous donne l’exemple du pardon »

Constant Ahouindé (Diocèse de Kandi)

La semaine sainte est la semaine qui nous introduit dans la Pâque du Seigneur. Au cours de cette semaine, nous vivons le triduum pascal qui met en exergue les événements majeurs de notre salut. Au cours de cette période sainte, Jésus m’apprend l’humilité à travers le lavement des pieds de ses disciples le jeudi saint. Le vendredi saint, c’est l’accomplissement plénier de tout ce qui est écrit sur le Seigneur. On aperçoit jusqu’où l’homme peut aller dans le mal, la compréhension nouvelle de la souffrance, l’amour invisible du Seigneur. Jésus nous a donné l’exemple du pardon en pardonnant à ses bourreaux et en nous donnant sa mère. Quant à la vigile pascale, elle manifeste la sortie de l’obscurité et l’introduction du fidèle dans la lumière matérialisée par le cierge pascal. Jésus nous libère de tout ce qui nous entrave sur le chemin du salut. Ce que je souhaite obtenir du Seigneur pour moi-même et pour mes frères durant cette semaine, c’est la grâce de l’humilité, du service gratuit et la grâce du pardon et de beaucoup prier la Vierge Marie ma mère


« Que je sois le chrétien qui porte l’espérance »

Mathias Kouagou (Catéchiste à Pam Pam, Diocèse de Natitingou)

La fête de Pâques me rappelle la victoire de Jésus-Christ sur le mal et sur la mort. Chaque année je suis séduit et même ému en voyant tout le soin qu’on met pour préparer cette fête : d’abord le temps de carême qui nous appelle à la conversion, mais plus spécialement la Semaine Sainte qui est le concentré de tout le mystère de la vie chrétienne. La Semaine Sainte nous fait revivre jour après jour les derniers moments de Jésus-Christ sur la terre. C’est fort émouvant. Les lectures, divers rites, les sacrements et toute la célébration du mystère pascal durant la semaine sainte, plus qu’une mémoire, c’est un vécu. Je le dis parce que je vis personnellement chaque année ce moment fort qui petit à petit change ma vie. Pâques me rappelle non seulement la résurrection du Christ, mais aussi personnellement ma propre résurrection dans ce que je vis quotidiennement, dans mes souffrances, dans ma pauvreté, dans mes faiblesses. Jésus est ressuscité pour donner une vie de lumière à ce que j’expérimente jour après jour. En plus de cela je me dis toujours qu’avec la fête de Pâques c’est la preuve que le mal n’aura jamais le dernier mot. Il y a beaucoup de souffrance dans la vie, il y a des situations désespérées dans les familles, ce n’est pas toujours facile mais en contemplant Jésus qui sort victorieux du mal c’est aussi un espoir pour ma famille, pour mes amis et pour tous ceux avec qui je partage ma foi chrétienne catholique et pourquoi pas pour tout le monde entier. Pour moi donc Pâques c’est la fête de la vie, une vie nouvelle que Jésus nous donne chaque jour pour aller de l’avant, une vie nouvelle que nous aurons pleinement quand Jésus reviendra… mais une vie que déjà nous pouvons expérimenter ici-bas avec cette lumière que Jésus est venu nous apporter, lui qui brille dans les ténèbres et que les ténèbres n’arrêteront jamais. Cette année aussi je souhaite que cette lumière brille dans ma vie afin que je sois un chrétien qui porte l’espérance aux autres, et malgré les difficultés je vais témoigner que déjà Jésus est le vainqueur du monde.


« Nous avons reçu la vie en plénitude »

Victorine Sèwa (Fidèle dela paroisse Sainte Cécile de Cotonou)

Pour mieux vivre la Pâques cette année, ma famille et moi, avions médité le rosaire. À chaque jour convenait une intention particulière pour implorer le rachat de nos péchés. Le chemin de carême que nous avons parcouru nous a introduits dans la grâce du ressuscité. Nous y voilà ! Aujourd’hui, jour de Pâques, la résurrection de Jésus-Christ nous a apporté le soulagement, la vie rayonnante. Nous sommes tous comblés de joie. Nous sommes libérés du péché, nous avons vaincu la mort avec le Christ. Nous avons reçu la vie en plénitude.


« Désormais, mon cœur est joyeux »

Frédéric Fafola (Fidèle de la paroisse Sainte Cécile de Cotonou)

La résurrection est un pilier fondamental de notre foi. Le Christ a vaincu la mort. C’est une fête qui interpelle tous les chrétiens catholiques. Confession, prière au Saint Sacrement, participation au chemin de croix les vendredis, ce sont là les actes que j’ai posés pour jeter mon joug aux pieds de Jésus. Le chemin de croix du vendredi saint est un moment particulier de ma vie chrétienne. Cette année encore, j’ai vécu un moment de profonde communion. La passion du Christ m’a appris à accepter mon prochain malgré ses offenses. Aujourd’hui, je me sens léger. J’ai constaté que des souillures m’ont quitté. J’ai l’impression d’être épousseté. Désormais, mon cœur est joyeux


« J’ai reçu les grâces des offices de la semaine sainte »

Majoie Guèdègbè (Étudiante en Science politique et relations internationales)

J’ai profité du triduum pascal pour demander au Seigneur de me pardonner tous mes péchés. Je n’ai pas raté la prière communautaire et les moments liturgiques de la semaine sainte. J’ai demandé au Seigneur de m’aider à faire l’effort de vivre selon sa parole afin d’être un exemple pour mes proches. J’ai reçu les grâces de fidélité, d’humilité et de compassion en participant aux offices de la semaine sainte. Après la messe pascale et la messe dominicale, je me rendrai à la plage en compagnie des parents et de quelques amies.


« À Pâques, mes peurs s’estompent »

Élisabeth Aguè (Animatrice communautaire à N’Dali)

S’il y a une fête qui soit la fête des fêtes pour l’Église catholique, c’est bel et bien Pâques. De la passion à la résurrection du Christ en passant par sa mort, nous avons l’assurance que le salut tant désiré est de notre côté. Car en versant son sang pour nous, Jésus nous a lavés de nos péchés. En acceptant de mourir sur la Croix, Jésus a mis fin au règne de la mort qui nous gardait dans ses douloureuses chaînes. Et en ressuscitant au troisième jour, il nous a rendu la vie. Face à tout ce mystère, je ne peux qu’exulter de joie et d’allégresse en cette fête de Pâques qui est là. Mais pour que ma joie soit complète, je dois mourir moi aussi à mes péchés pour vivre en ressuscité dans mon entourage. Je dois faire mourir les zones du péché et du mal pour faire ressusciter le bien qui a du mal à être aimé. De plus, avec la célébration de la Pâques chaque année, mes peurs s’évanouissent car j’ai la certitude que le Seigneur est Unique ; il peut tout dans ma vie. Je prie donc le Seigneur ressuscité de me permettre de passer saintement cette semaine. Qu’il me permette de croire en sa résurrection et de vivre en ressuscitée partout où je suis. Pour cette année, je demande plus particulièrement au Seigneur ressuscité de me donner la grâce de l’humilité, de la maîtrise de soi. Je l’implore de déverser sur notre pays la grâce de la paix en touchant le cœur de nos dirigeants pour une campagne électorale et des élections législatives apaisées. Qu’il inonde aussi les foyers de sa patience, de sa joie et de son amour. Joyeuses Pâques à tous.


« Obtenir du Christ la grâce de la paix »

Ange Léo Oni (Élève au Ceg Agassa Godomey)

Pendant les quarante jours, j’ai jeûné. J’ai prié et j’ai fait œuvre utile. Très tôt ce matin, nous avons prié en famille. La semaine sainte a été un moment de silence. Je me suis recueilli dans ce silence pour contempler à nouveau la Face du Seigneur. Les grâces affluent au jour le jour. À cette Pâques, je pense obtenir du Christ ressuscité la grâce de la paix, de la sagesse, de l’humilité et de la foi.


« Si le Christ n’était pas ressuscité, ma foi serait vaine ! »

Franck Éric Houndjo (France)

Quarante jours presque durant, depuis le mercredi des cendres, j’ai passé mon temps à prendre conscience de la fragilité de mon corps (forme) pour (m’en) tenir (à) l’essentiel (fond) mon âme dans la prière, le jeûne et le partage. Maintenant que les temps approchent pour m’unir aux anges et proclamer que « Jésus est ressuscité », le triduum pascal (jeudi saint/ vendredi saint/ et de la nuit du samedi à dimanche de Pâques) me donne l’occasion de réviser ou revisiter ma foi. C’est le temps de la passion, du silence, de l’écoute, du recueillement, bref le temps de (me) poser des ques
tions sur ma foi en Christ. – Jeudi saint pour le lavement des pieds : suis-je toujours un chrétien disponible, humble de cœur, serviable pour les hommes ? – Vendredi saint dit vendredi de la Croix : le poids/croix du quotidien est-il parfois un frein pour renier ma foi, pour chercher des solutions éphémères, de ce monde ? ou est-il une occasion d’affirmation de ma foi et, comme Jésus (mon Chemin), crier Dieu et lui dire « non pas ma volonté, mais la tienne ? – Samedi saint : journée de recueillement, de silence et de contemplation du mystère pascal, mystère de la victoire de l’amour sur la haine, de la vie sur la mort par la Croix glorieuse… C’est ce mystère de la victoire sur la mort (anamnèse) qui fonde ma foi et la justifie. Ma conviction est que si je souffre avec Jésus crucifié par lui… tout au long de ma vie, avec lui je connaîtrai la gloire pascale. Telle est mon espérance pour la Pâques. C’est donc fort de cette conviction que, avec des amis, vêtu de mes plus beaux atours tirant sur du blanc (couleur de joie), je proclamerai : “Alléluia Jésus est ressuscité d’entre les morts !” Plaise à Dieu que chaque chrétien connaisse sa diptyque mort et résurrection dans le Christ ! Que la lumière du Ressuscité illumine nos vies, éclaire nos chemins qui mènent à lui (Lumen Christi). Bonne fête à tous !


« À l’école de Jésus tous les jours »

Marius Djohossou (Paroisse de Kissamey, diocèse de Lokossa)

Comme d’habitude, mon premier acte de piété du Triduum pascal ce sont : les 1000 Ave pour dire merci à Maman chérie et la supplier de me garder à l’école de Jésus tous les jours. Le chemin de croix comme second acte, la mortification de la chair à travers le jeûne, le silence, l’abstinence sexuelle bien que marié, de nourriture matérielle. La méditation personnelle de la passion de Jésus-Christ. L’élaboration et le respect d’un programme de vie en Dieu après Pâques et ceci par la grâce de Dieu, mon espérance. Voilà les quelques actes de pauvre pécheur que je m’évertue à poser dans ma quête de la miséricorde de Dieu pour moi, ma famille et le monde.


« La joie d’avoir été sauvée de la mort éternelle »

Eve-Claire Adoukonou (Diocèse d’Abomey)

La fête de Pâques aiguise en moi l’espérance pour la vie après la mort, la vie éternelle. Je la fêterai dans la joie d’avoir été sauvée de la mort éternelle par la résurrection du Christ. Je l’offrirai à Dieu pour la paix et le repos de l’âme de mon cousin père Ange Marie Franc Atchawé. Le gage de cette fête sera ma participation au traditionnel pique-nique qu’organise ma paroisse. Joyeuses Pâques à tous.


« Je demande la grâce de l’amour et de la persévérance »

Charles Koudjiwan (Professeur des SVT à N’Dali)

« Et si le Christ n’est pas ressuscité, vaine est votre foi. » (1 Co 15, 17). Ce propos de Saint Paul montre bien que les célébrations que nous vivons ces joursci, trouvant leur point culminant en la résurrection de notre Seigneur Jésus-Christ, sont les plus importantes pour notre Église, pour notre vie de foi et pour notre salut. C’est pourquoi, moi je prends tous les soins qu’il faut pour mieux entrer dans ces célébrations. Le temps de carême a été ce temps favorable pour y arriver, la semaine sainte plus particulièrement. Car je sais que, à Pâques le Seigneur me réserve d’innombrables grâces et bénédictions. À la suite de Saint Paul je voudrais souhaiter qu’il m’aide pour ce temps de Pâques à effectivement mourir à mes péchés et demeurer vivant pour Dieu en Jésus Christ (cf. Rm 6,11) et qu’il m’accorde aussi de toujours, en ressuscité, rechercher les réalités d’en haut et non celles de la terre (Col 3, 2). De façon plus spéciale, je lui demande la grâce de l’amour et de la persévérance.


« Je veux fêter Pâques dans l’amour et le partage »

Claudine Bossa (Paroisse cathédrale de Lokossa)

Le Triduum pascal est la célébration, en trois jours, du « grand mystère de notre salut ». Autrement dit, en ces trois jours, l’Église célèbre la mort et la résurrection du Christ. Et moi, en tant que chrétienne, je voudrais vivre intensément ce triduum, c’est-à-dire mourir avec le Christ et ressusciter avec lui en devenant une femme nouvelle et convertie. Mon espérance, c’est commencer mon paradis sur terre et voir un jour la face de mon Seigneur Jésus-Christ. Je veux fêter Pâques avec mes frères et sœurs dans l’amour et le partage. À cet effet, un pique-nique est organisé sur ma paroisse et je pense y prendre part.


Seigneur, tu nous as choisis

(Prière du prêtre, à l’occasion de la fête du Sacerdoce)

Dieu éternel et tout-puissant.
Tu as consacré ton Fils unique par l’Esprit Saint,
Et tu l’as établi Christ et Seigneur, nous te prions.
Puisque tu nous as consacré en Lui, prêtres, prophètes et rois,
Écoute notre prière… (silence)
Ouvre-notre coeur à la lumière de l’Esprit Saint.
Au jour de notre ordination sacerdotale,
Par amour du Christ et pour le service de son Église,
Nous avons reçu la charge du ministère qui nous était confié.
Que nous soyons vraiment ce que tu attends de tes prêtres.
Des hommes qui célèbrent tes mystères avec foi, espérance et charité.
Des hommes qui se disposent au service de ton peuple,
Dans l’obéissance et dans la liberté, dans la sagesse et dans la chasteté.
Accorde-nous d’être chaque jour ce que nous célébrons :
Que nous soyons de fidèles intendants de Dieu par l’Eucharistie.
Que nous vivions les célébrations liturgiques en renonçant à nousmêmes.
Que nous annoncions fidèlement la Parole de Dieu.
Que nous accomplissions chaque jour le ministère sacerdotal
À la suite du Christ, Prêtre, Bon Pasteur, Maître et Serviteur,
Avec humilité et gravité, désintéressement et charité,
Maintenant et pour toujours. Amen.
Père Brice OUINSOU

Related Posts