avril 26, 2019
Editorial

Un nouveau cap

1500e numéro de La Croix du Bénin depuis sa création. Si l’on s’en tient aux chiffres, La Croix n’est pas le premier journal national à atteindre cette barre. Mais si l’on tient compte du fait que depuis son premier numéro daté de janvier 1946, elle a paru sans discontinuer, elle pourrait sans doute prétendre à la qualité de doyen des journaux béninois. Tout au long de cette épopée de plus de 73 ans maintenant, La Croix a conservé un attachement jamais démenti à sa mission d’hebdomadaire catholique au service de la Justice, de la Vérité et de la Miséricorde. Des générations de lecteurs, de journalistes et de professionnels ont donné corps, au fil des ans à cette extraordinaire aventure. Ils ont endossé son histoire, avec ses ombres et ses lumières, et maintenu ses valeurs malgré les vicissitudes de l’époque. Voici donc La Croix franchissant un nouveau cap. Nous ne le célébrons pas en regardant vers le passé. Bien sûr, le regard sur le passé est utile car le présent éclairé par le passé nous permet d’être toujours attentif à ce qui peut advenir. Mais nous le célébrons l’œil rivé sur l’avenir, avec la promesse d’un 2000e, 10000e numéro à venir… Au rythme annuel d’environ 50 parutions, il faut plus de 200 ans pour compter dix mille numéros. Mais ce n’est pas ce qui importe. Ce qui importe, c’est de regarder l’avenir avec espérance en maintenant le lien fort avec nos lecteurs et continuer de les satisfaire dans nos pages (imprimées et désormais numériques). En ce sens, dans ce 1500e numéro, comme un exercice en forme de sondage, nous avons demandé à 15 de nos lecteurs de dire ce qu’ils souhaitent pour l’avenir de l’hebdomadaire catholique. Dans cette même dynamique, nous faisons un clin d’œil particulier aux jeunes avec le retour d’une page mensuelle intitulée « Espace Jeunesse » animée par eux et qu’ils découvriront avec intérêt. Notre ardeur dans la quête d’originalité ne va pas s’émousser, notre détermination à décrypter l’actualité avec un regard chrétien, lucide et rigoureux va s’intensifier : discerner le bien, et combattre le mal jusque dans l’humilité de la vie quotidienne. C’est ainsi que nous maintiendrons vivant le fil de la transmission de la foi au service des convictions nourries de l’évangile, parfois contre vents et marées.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − quatorze =