septembre 15, 2019
Ecologie

Quelle terre laisserons-nous à la génération future ?

Nous travaillons souvent pour permettre à nos enfants d’avoir de quoi vivre. Nous nous posons mille questions avant de choisir la meilleure école capable de favoriser leur avenir. Leur santé nous préoccupe à tous les points, alors nous veillons sur la propreté de leurs habits, la beauté de leurs jouets et la qualité de leur alimentation, sans oublier, bien sûr, leur bien-être physique et mental. Mais tous ces éléments ont un point commun, la terre. Nous sommes sur la terre, nous travaillons sur la terre, et c’est de la terre que nous tirons la plupart de tous les produits que nous utilisons dans le cosmétique, l’alimentation, la santé et l’éducation et dans bien d’autres secteurs comme l’industrie. La terre est un réservoir qui regorge de produits et sous-produits pour notre confort et celui des générations à venir.

De nos jours et comme toujours, la terre a une valeur sentimentale et économique. Une valeur  sentimentale en ce sens  qu’elle appartenait à notre peuple ou à notre famille. Nos parents ou nos ancêtres y sont enterrés alors en nous naît un sentiment de possession et d’appartenance. Et une raison économique parce que la terre a un prix marchand. Et pour cette raison certains sont prêts à tout pour devenir des propriétaires terriens ou des vendeurs de parcelles. Ils vendent la même parcelle à plusieurs acheteurs dans le seul but d’accroître leurs profits.

Toutes ces luttes ne tiennent pas compte des valeurs intrinsèques de la terre qui est un don du Créateur pour l’homme. Notre devoir à nous est de travailler la terre pour en tirer des profits pour le bien de tous. Nous devons travailler la terre et la restaurer pour qu’elle ne s’appauvrisse pas. Qu’elle ne soit pas vidée de ses richesses qui aident l’homme à se réaliser et à s’épanouir. La terre ne doit pas être une source de conflit, de tension et de mésentente entre les peuples et les personnes.

Et s’il est vrai que nous n’héritons pas de la terre de nos parents mais que nous l’empruntons à nos enfants comme l’a dit Antoine de Saint-Exupéry, il convient que nous ne fassions pas de la terre le témoin de nos crimes.

Related Posts