juillet 19, 2019
Simplement François

Le sacrement de la réconciliation, voie de sanctification

Le « for intérieur » ne doit pas être considéré comme « une parole en l’air» mais au contraire comme quelque chose à prendre très au sérieux. Je le dis parce que je me suis rendu compte que dans certains groupes dans l’Église, les supérieurs mélangent les deux choses et prennent du for intérieur pour prendre des décisions externes, et vice-versa. Ceci est un péché. C’est un péché contre la dignité de la personne qui fait confiance au prêtre, qui fait voir sa réalité pour demander le pardon, mais qui voit sa confession instrumentalisée pour organiser un groupe, un mouvement, une congrégation. Le for intérieur est le for intérieur. C’est une chose sacrée. Ceci, je voulais le dire, parce que je suis préoccupé. Le ministère de la réconciliation nécessite une formation adéquate, pour que la rencontre avec les fidèles qui demandent le pardon de Dieu soit toujours une réelle rencontre de salut, dans laquelle l’étreinte du Seigneur soit perçue avec toute sa force, capable de changer, de convertir, d’assainir et de pardonner. Jésus est venu nous sauver en nous révélant le visage miséricordieux de Dieu et en nous attirant à Lui avec son Sacrifice d’amour. Le sacrement de la réconciliation est donc une voie de sanctification pour le pénitent comme pour le confesseur. Ce sacrement rétablit la pleine communion avec Dieu, à laquelle parfois l’homme se soustrait en utilisant mal le don magnifique de la liberté. La réconciliation est un bien que la sagesse de l’Église a toujours sauvegardé avec toute sa propre force morale et juridique avec le sceau sacramentel. Celui-ci, même s’il n’est pas toujours compris par la mentalité moderne, est indispensable pour la sainteté du sacrement et pour la liberté de conscience du pénitent. Aucun pouvoir humain n’a de juridiction, ni ne peut la revendiquer, sur le sceau sacramentel. J’invite les prêtres à écouter toujours avec une grande générosité les confessions des fidèles, à parcourir avec eux cette voie de sanctification et à contempler les miracles de conversion que la grâce opère dans le secret du confessionnal, des miracles dont seuls vous et les anges seront les témoins.

(Entretien avec les participants au 30e cours sur le for intérieur, Rome, 29 mars 2019)

Related Posts