octobre 19, 2019
Editorial

Le prix d’un idéal

Pas de doute : le meilleur s’accroche aux vies qui ne gardent rien pour elles et qui se donnent jusqu’à la dernière goutte de leur sève. C’est ce qui ressort du flot d’hommages et de témoignages sur la vie et l’œuvre de Mgr Paul Vieira depuis l’annonce de sa disparition le 21 mars 2019. L’illustre prélat s’est donné sans compter dans son ministère sacerdotal partout où il est passé. Il n’était pas de sa manière de se ménager et de vivre les choses à distance. Il s’engageait toujours totalement dans chaque mission qu’il commençait. Pasteur infatigable et d’une ardente bonté, Mgr Paul Vieira arrivait à entraîner des gens, à susciter leur enthousiasme à réaliser des exploits incroyables. Pour preuve, l’énorme travail accompli avec le peuple de Dieu dans la Donga, dans le Nord-Bénin.

Au-delà de son engagement résolu dans la mission, ce qui m’a toujours frappé c’est sa joie lumineuse. Mgr Paul Vieira malgré l’épreuve de sa maladie n’avait pas changé. Toujours aussi joyeux. Il était toujours de bonne humeur faisant preuve d’une vraie force d’âme. Il a continué de rayonner comme si rien ne pouvait entamer son énergie et sa joie.

Et pourtant, celui qui traversait les épreuves les plus dures de son existence avait bien de raisons de baisser les bras. Mais d’où tirait-il cette énergie pour avancer ? Ce n’est assurément pas dans les prouesses de la science médicale, mais bien au contraire dans le Christ, dans la force de la foi et l’espérance. Car le drame de la souffrance a été pour lui aussi bien une épreuve qu’un appel vers l’idéal du sacerdoce : se donner sans compter dans la joie d’un cœur consacré au Seigneur. L’idéal façonné qui entraîne la vie dans un juste chemin capable de nous accomplir dans l’amour infini de Celui qui est Miséricorde.

Related Posts