mars 20, 2019
Ecologie

ECOLOGIE : Mon kit de sur vie

Écoutons le cri de notre sœur la Terre

Au lendemain des catastrophes naturelles comme le cyclone Katrina aux États Unis ou le séisme de Fukushima au Japon en 2011, des voix se sont élevées pour parler de la puissance dévastatrice de la Nature. Car, en dehors des dégâts qui s’évaluent en millions de dollars, il y a eu des pertes en vies humaines.

La Nature se révolte contre l’homme, mais à y voir de près ses manifestations sont des cris qu’elle nous adresse. Elle attire non seulement notre attention sur les conséquences néfastes de notre mauvaise gestion de ses biens mais aussi nous invite à poser désormais le bon geste. Après la présentation de l’encyclique Laudato Si dans notre dernier numéro nous abordons ici la question du cri de notre sœur la Terre.

Le Pape François y fait une analyse pour déterminer la cause de l’utilisation abusive et irresponsable des biens de la terre par les hommes. La question que nous devons tous nous poser est celle de savoir pourquoi l’homme gère mal les biens de la terre ? Le pape François trouve la réponse dans la mauvaise conception que l’homme a de la terre et de ses richesses.

Il nous dit dans le paragraphe 2 : « Nous avons grandi en pensant que nous étions ses propriétaires et ses dominateurs, autorisés à l’exploiter ». Et c’est au nom de cette autorité que nous pensons avoir sur la Terre que nous profitons abusivement des biens qu’elle nous offre généreusement. Les forêts sont dévastées au nom de la modernisation, les mers sont vidées de poissons à cause des engins de pêche non adaptés.

Des essais scientifiques sont réalisés dans les déserts ou autres endroits sans aucune politique de protection de la Nature. Aujourd’hui, face aux diverses catastrophes naturelles nous ne devons plus baisser les bras en pensant que la Nature peut se régénérer seule. Nous devons agir et cela passe par une éducation écologique de tous les citoyens de notre pays.

Père Bidossessi A. DOHOU

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − quinze =