août 18, 2019
La Une

14 FÉVRIER : La Saint Valentin à l’épreuve de l’amour vrai

14 février

La Saint Valentin à l’épreuve de l’amour vrai

Chaque année à partir du 1er février, la couleur rouge, celle de l’amour ardent, décore la plupart des étalages, des boutiques, restaurants et buvettes des grandes métropoles. Sur les médias sociaux (Facebook, WhatsApp, Instagram, Twitter, etc.) des offres sont proposées pour préparer le 14 février : fête de la Saint Valentin. Les opinions sur la célébration de cette fête diffèrent d’une classe sociale à une autre, pendant qu’émergent sur les paroisses des diocèses du Bénin, de saines réflexions pour célébrer l’amour.

► Multiplier les initiatives paroissiales de la Saint Valentin

L’édition 2019 de la fête de la Saint Valentin a un écho sur la plupart des paroisses de Cotonou et de PortoNovo. Conférence-débat sur l’amour et la sexualité, soirée dansante et séance d’évangélisation constituent la nouvelle donne pour fêter autrement le 14 février.

« Pour la Saint Valentin, j’ai acheté une paire de chaussures que je veux offrir à mon chéri qui m’a invité à un dîner dans un endroit chic de la place, dont je garde le nom pour moi-même ». Voilà le programme bien tracé de Dame Michelle pour la fête de la Saint Valentin. « Malheureusement, je suis en danger sinon la soirée de ce jour (14) finira demain (15) au petit matin », ajoute-t-elle tout en souriant. Tout comme ce couple, les amoureux ne manquent pas d’initiatives ingénieuses pour marquer d’une pierre blanche, le 14 février.

Même des paroisses de l’archidiocèse de Cotonou se sont invitées dans la danse, proposant des cadres saints pour permettre aux mariés de déclarer leur flamme. Si la soirée dansante s’organise à l’unanimité par tous les férus de la Saint Valentin, des paroisses de l’archidiocèse de Cotonou célèbrent autrement la fête.

Sur la paroisse Saint Jean l’évangéliste de Gbèna, le vendredi 15 février, couples et célibataires sont conviés à la salle des fêtes d’un hôtel pour réfléchir sur le thème : « Comment les jeunes peuvent-ils garder leur chemin pur ? Le couple chrétien face aux assauts de la société contemporaine ». Tout ceci couronné par un dîner et l’élection du couple de l’année.

L’ayant nommée « Saint Valentin Catho », la paroisse Marie Auxiliatrice de Mènontin offre, le samedi 16 février, à ses jeunes, un dîner d’amour et de partage d’expériences avec à l’affiche une conférence débat sur le thème : « Le jeune et les pièges de l’amour : focus sur les entraves à une vie de couple épanouie ». Une soirée agrémentée par un shooting, une prestation d’artistes et la mention non moins importante du port obligatoire de la tenue rouge-blanc.

Dans le diocèse de PortoNovo, la paroisse Sacré-Cœur de Ouenlinda a plutôt opté pour une « spéciale semaine de la Saint Valentin » du 11 au 17 février 2019. Au programme, des messes, deux conférences sur les thèmes : « Comment rechercher son âme sœur ? » et « Comment vivre la période des fiançailles ? », des poèmes, des slams et une grande messe pour la persévérance des jeunes mariés. Ce ne sont pas surtout les équipes Notre-Dame, qui vont manquer ce rendez-vous de la Saint Valentin. Elles y vont aussi selon leur inspiration. L’équipe 42 de Cotonou commence par la célébration de l’Eucharistie au cours de laquelle les couples renouvellent leur vœu. Suivent le dîner, et est également prévue la séance des conseils aux couples sous la conduite du père conseiller.

Radio Immaculée Conception, quant à elle, invite les auditeurs à écouter l’émission “Ma sexualité, j’en parle” le vendredi 15 février 2019 à 21h15, qui traite de « Comment choisir son Valentin ou sa Valentine ? », avec déjà en avant-garde le thème développé dans leur mensuel.

Stanislas AMOUSSOU


► « Le vrai sens de l’amour ne se perçoit et ne se vit que dans une relation d’intimité profonde avec le Seigneur »

(Entretien avec le Père Juventus Amouzouvi, aumônier paroissial des jeunes de la paroisse Saint Michel de Togoudo)


Dans cet entretien, le père Juventus Amouzouvi analyse la conception mondaine de la Saint Valentin, les conséquences d’une telle conception et le regard de l’Église pour une célébration saine et sainte de l’amour.

Le 14 février, la fête dite de la Saint Valentin, voilà un moment fort de l’année qui revêt une connotation forte dans l’esprit des jeunes gens et jeunes filles. La thématique en jeu, c’est l’amour ! Les soirées des 13 et 14 février sont intelligemment marquées par la mise en œuvre du génie humain en matière d’intelligence financière pour faire du profit. Les restaurants, les buvettes, les grands salons de coiffure et de mode savent bien se servir de cette fête pour augmenter leurs chiffres d’affaires. Les affiches publicitaires annonçant des soirées de gala, des bals dansants et des spectacles divers investissent les fora, les sites Internet et les espaces publics. Ce n’est plus qu’un secret de Polichinelle que les belles soirées romantiques de la Saint Valentin se poursuivent dans des espaces de sensualité intense où la communion des corps vient parachever les prémices des élans initiaux.

Généralement, la Saint Valentin où l’on chante l’amour, après avoir manifesté la chosification du corps humain et exhibé l’animalité de certaines dimensions de son être, finit par drainer après elle une traînée de déception, de frustration, de mépris et de haine dont la gestion devient une nouvelle souffrance dans les familles, et une nouvelle charge pastorale au sein de l’Église. L’enseignement de l’Église qui établit le sens de l’amour conjugal dans le cadre sacramentel du mariage pour lui donner toute sa valeur et sa densité, n’est que trop battu en brèche par les nouvelles orientations idéologiques qui mènent le monde. Et pourtant Dieu est amour ; et celui qui  demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui (1 Jn 4, 16).

Le vrai sens de l’amour ne se perçoit et ne se vit que dans une relation d’intimité profonde avec le Seigneur qui nous a aimés et s’est livré pour nous. La Saint Valentin pourrait constituer pour la jeunesse une pierre d’attente à partir de laquelle l’amour pourra s’entendre  selon l’enseignement du Christ et non à la façon du monde fort nostalgique des débauches de l’Antiquité gréco-romaine. Le sens de l’amour entre jeunes conjoints pourrait bien être revisité et éclairé à la lumière de la loi divine surnaturelle qui appelle à une considération sublime du conjoint créé à l’image et à la ressemblance du même vrai Dieu.

La responsabilité chrétienne vis-à-vis du frère ou de la sœur exige que l’on ne limite pas ce dernier à un objet sexuel nécessaire à l’assouvissement de ses passions personnelles. Les autres formes d’expression de l’amour bien moins valorisées à la Saint Valentin ou plutôt mises au service du langage des corps pourraient bien revêtir une place plus importante. L’amour chrétien est une valeur sûre qui prend en compte la dimension familiale faite de repères culturels bien ancrés et perfectionnés par les vertus théologales.

La jeunesse chrétienne pourrait donc être le héraut de ce témoignage de vie et de mission chrétiennes au sein du monde. Dans les couples où l’amour initial a laissé place à la haine réciproque et au mépris, la Saint Valentin pourrait bien constituer un creuset favorable à l’éclosion d’un dialogue favorable, et de nouvelles perspectives d’appréciation du conjoint pour la survie des liens conjugaux. C’est une occasion propice pour se rappeler en couple les souvenirs des rencontres du passé, le consentement mutuel devant l’autel du Seigneur, sans oublier le devoir de discuter sur les points de divergences, ainsi que les offenses qui ont affecté le vivre ensemble. Vive la Saint Valentin chrétienne ! Vive la vérité de l’amour et dans l’amour ! Vive l’amour chrétien !

Propos recueillis par Stanislas AMOUSSOU


► « Face aux dérives, l’Église ne doit pas décourager cette célébration qui retient l’intérêt des jeunes »

Sur le groupe “La Couronne de Marie” sur le réseau social WhatsApp, le père Abraham Padonou initie sur sa rubrique “Una Caro” un échange sur la Saint Valentin avec des questions spécifiques. Il fait ici un résumé du débat.

« La Croix du Bénin » : Que représente pour vous la fête de la Saint Valentin ?
La Saint Valentin, est en réalité une conversion de la célébration païenne des Lupercales en fête chrétienne sous l’impulsion du Pape Gélase en 496. Mais aujourd’hui, on a de plus en plus l’impression que ce qu’on évitait en récupérant cette célébration païenne refait surface. C’est pourquoi, pour plusieurs personnes aujourd’hui, la fête de la Saint Valentin est vue comme une occasion de jouissances sexuelles, de possibilités de rendez-vous autrefois interdits, une occasion pour se déclarer la flamme par divers canaux, une occasion d’extravagance, de montée de ses chiffres d’affaires. Néanmoins, pour les plus optimistes, s’ils sont d’accord que l’amour devrait se célébrer tous les jours, le 14 février est une occasion qui est offerte aux couples, aux fiancés pour se dire et se redire leur amour et se le manifester d’une manière ou d’une autre un peu plus particulièrement.

Vu les dérives qui s’observent au cours de la Saint Valentin, la meilleure solution serait-elle de décourager au maximum cette célébration ?
On ne peut vaincre le mal par la démission. Face aux dérives qui s’observent, l’Église ne doit pas démissionner ni décourager cette célébration qui, quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse, retient l’intérêt des jeunes. Et comme, nous l’exige la méthodologie de la nouvelle évangélisation, il faut rejoindre les jeunes où ils sont afin de les évangéliser à partir de leurs réalités. C’est ce que plusieurs paroisses ou même aumôneries de jeunes ont compris, en créant des cadres de divertissements et de formation pour les jeunes à l’occasion de la fête pour leur éviter d’aller à des dérives. C’est à juste titre que le Pape, le 14 février 2014, a invité près de 20.000 fiancés de tous les continents à venir célébrer la Saint Valentin au Vatican.

Comment pensez-vous fêter la Saint Valentin cette année ?
Généralement, rien de particulier de prévu. Si ce n’est une sortie en couple pour faire le point de la relation, aller à la messe, au Saint Sacrement pour confier au Seigneur l’amour qu’il a mis en nous. À l’occasion de cette célébration, on doit faire découvrir aux jeunes le vrai sens de l’amour qui passe par le sacrifice, le respect mutuel, l’humilité, le dialogue, le pardon, la patience. Une relecture commentée de 1 Co 13, 4-8 les éclairera davantage.

Comment fêter la Saint Valentin dans le sens de l’amour de Dieu ?
J’indique ici, les 10 commandements de la Saint Valentin, proposés par Aristide Chaffa dans son opuscule, Comment fêter la Saint Valentin cette année?

  1. Aujourd’hui, une seule discipline tu t’imposeras absolument : l’usage digne et ordonné de ton corps.
  2. Aujourd’hui, cinq désordres tu repousseras vigoureusement de ta vie : le snobisme, l’extravagance vestimentaire, la provocation posturale, l’obscénité et la vanité.
  3. Aujourd’hui, de cinq choses tu feras preuve envers ton (ta) partenaire : l’amour, l’affection, l’attention, la tendresse et le respect.
  4. Aujourd’hui, une belle surprise à quadruple face tu réservera à ton (ta) partenaire : le pardon gratuit, le dialogue, l’harmonie et la paix.
  5. Aujourd’hui, cinq jolis cadeaux tu offriras à ton (ta) partenaire : le sourire, la disponibilité, l’honnêteté, la fidélité et la
    confiance.
  6. Aujourd’hui, d’une réalité tu prendras conscience face à ton (ta) partenaire : la différence de caractère, la différence de tempérament, la différence de goût et la différence de vision.
  7. Aujourd’hui, de ton comportement tu extirperas six vices: l’orgueil, la colère, la jalousie, l’ambition, la rancune et l’individualisme.
  8. Aujourd’hui, contre quatre choses tu disciplineras ta bouche, envers ton (ta) partenaire : les propos irrévérencieux, les propos décourageants, les critiques destructrices et la médisance.
  9. Aujourd’hui, d’une audace tu feras montre envers ton (ta) partenaire : lui avouer franchement les qualités qu’il (elle) possède et l’en féliciter.
  10. Aujourd’hui, par-dessus tout, quatre démarches tu entreprendras envers Dieu : le remercier de t’avoir créé (e) ; lui demander le pardon de tes péchés; implorer sa bénédiction sur toi, ton (ta) partenaire, les tiens, tes projets et tes engagements ; et lui confier tes joies et tes peines.

Propos recueillis par Abraham PADONOU


► Témoignages de quelques jeunes

« L’amour doit être synonyme de partage, de compréhension et surtout de pardon »

Sabirath AWO, Journaliste à La Nation

Ce n’est nullement une obligation de donner des cadeaux coûteux en signe d’amour à son partenaire parce qu’on se dit tous les jours je t’aime. C’est une journée comme toute autre mais on peut essayer de la particulariser avec l’attention que l’on porte à autrui, aux malades, aux enfants démunis, et aux orphelins. Ce n’est pas une occasion de boire, d’être dépravé dans les boîtes de nuit où l’on doit exiger de son partenaire un présent en signe d’amour. L’amour se vit et s’entretient au quotidien. L’amour doit être synonyme de partage, de compréhension et surtout de pardon. C’est l’attention, les petits soins du quotidien qui renforcent les liens entre deux personnes qui s’aiment. Le sexe n’est pas l’amour. Jeune fille, reste sexy sans pour autant exposer ton corps. Jeune homme, respecte également la femme et traite-là avec beaucoup de soin. Il ne suffit pas de lui dire « je t’aime ». Tu dois le prouver quotidiennement à travers tes actes et ton comportement.

« L’Amour est universel, il n’a pas de date »

Gildas SALOMON, Journaliste à Banuto

La Saint Valentin est une journée dédiée aux amoureux par allusion à la vie de Saint Valentin qui est devenue une tradition dans les couples. Je souhaite une bonne fête à ma bien-aimée et je lui rappelle que nous avons encore des épreuves à traverser et des victoires à partager. Toutefois, je pense que l’Amour est universel, il n’a pas de date. Par conséquent, nous n’avons pas besoin d’un jour pour éprouver ce sentiment d’être aimé. Les jeunes doivent en faire une ressource au quotidien afin de vivre sans haine et partager la paix autour d’eux. L’amour, c’est ce que Dieu nous donne tous les jours sans le marchander. Et c’est ce que nous devons donner aux autres de façon désintéressée. L’amour, c’est la joie de vivre.

Propos recueillis par Jean-Luc AGOSSOU

Related Posts