février 24, 2019
La Une

RELIGIONS, POLITIQUE ET DÉVELOPPEMENT : Valoriser l’héritage de Mgr Isidore de Souza

RELIGIONS, POLITIQUE ET DÉVELOPPEMENT

Valoriser l’héritage de Mgr Isidore de Souza

Dans le cadre de son 1er anniversaire et de la commémoration des 20 ans du décès de Mgr Isidore de Souza, l’École d’initiation théologique et pastorale (Eitp) de l’archidiocèse de Cotonou organise le 1er février 2019 un colloque international sur les religions, la politique et le développement. En prélude à cette rencontre internationale, le comité d’organisation s’est entretenu avec les hommes de la presse le mardi 29 janvier dernier sur les grands axes de ce colloque.

L’École d’Initiation Théologique et Pastorale de l’archidiocèse de Cotonou organise du 1er au 3 février 2019 au Bénin Marina Hôtel à Cotonou, un colloque international Mgr Isidore de Souza sur le thème : « Religions, Politique et Développement ». Le mardi 29 janvier 2019, une conférence de presse a permis aux organisateurs de sensibiliser les hommes des médias et l’opinion publique sur la pertinence et l’actualité de cette rencontre internationale au Bénin. Le directeur de l’École Théologique, le père Rodrigue Gbédjinou a dévoilé à l’assistance l’enjeu et l’importance de ce colloque international : « C’est à l’occasion du 1er anniversaire de notre École qui coïncide en même temps avec le 20e anniversaire du décès de Mgr Isidore de Souza. On a voulu célébrer ces deux événements en un unique événement : l’organisation de ce colloque. Et pour nous, ce colloque est un devoir de mémoire par rapport à la figure de Mgr Isidore de Souza ; un hommage à cette grande figure nationale et ecclésiale, une figure qui peut nous rassembler ». Pour le conférencier, « un peuple sans mémoire ne peut entrer dans l’histoire ou écrire l’histoire. Il est sans avenir. Et pour nous chrétiens, la mémoire a une dimension eucharistique ; une dimension théologique. Car nous sommes un peuple de mémoire ; un peuple qui se souvient. Et dans sa dimension eucharistique, cette mémoire est anamnèse, un souvenir des bienfaits du Seigneur ». Il s’agit pour lui d’un « souvenir qui intègre le passé, qui s’actualise dans le présent et qui nous projette vers l’avenir ». Après avoir esquissé un portrait-robot de cet homme de Dieu à travers sa vie de foi et ses diverses œuvres aussi bien spirituelles, sociales que culturelles, le père Gbédjinou en est arrivé à affirmer que « se souvenir, faire mémoire est non seulement anthropologique, c’est théologique, c’est même un acte politique ». Sur les objectifs de la rencontre, l’assistance a été édifiée par Mme Marcelline Affouda Gbèha, membre du comité scientifique du colloque : « L’objectif général c’est de présenter le défi du témoignage de la foi dans le monde de notre temps et promouvoir une culture de vie citoyenne engagée, à partir de la mémoire, de la vie et des œuvres de Mgr Isidore de Souza ». Il s’agira à ce colloque à en croire Mme Affouda, « d’évaluer la pertinence et l’actualité de la pensée théologique, biblique, sociale, politique et spirituelle de l’illustre prélat, et de ses projets sociaux ; de réfléchir sur l’importance et le rôle de la religion et des leaders religieux en Afrique, pour la reconstruction d’une société de paix et de dialogue, de créer un cadre de réflexion sur la laïcité en contexte béninois et africain ; de faire prendre conscience de l’importance de l’histoire et de la mémoire pour le changement de mentalité et le développement d’un peuple à travers la mise en place de mécanismes de reconstruction sociale ». Et comme pour éviter d’en faire un colloque de plus au Bénin, le père Gbédjinou a tenu à rassurer : « Le colloque sera vécu comme un cheminement et il va ouvrir des pistes. Il y aura un manifeste du colloque qui va décliner les tâches à entreprendre. Pas un manifeste qui nous dictera ce que les autres feront. Mais ce que nous pouvons faire nous-mêmes pour être des témoins dans la société d’aujourd’hui ».

Guy DOSSOU-YOVO

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 − 2 =