octobre 20, 2019
Editorial

Editorial

Résister à la colonisation idéologique

Dans notre ère de postmodernité, les pays occidentaux par le biais des organismes internationaux prennent le devant pour les questions concernant la famille, le genre, la santé de la reproduction et la vie. Ils les abordent de manière à détruire la famille, à déconstruire l’identité sexuelle homme et femme, et à briser la dignité de la personne humaine en tant que créature de Dieu. Pire, ils mettent la pression sur les gouvernements des pays pauvres, notamment en Afrique pour qu’ils acceptent la théorie du gender, les droits des homosexuels, le droit à l’avortement, au risque de ne pas recevoir de l’aide financière. Le programme d’éducation sexuelle complète à l’école imposé aujourd’hui par l’Unesco aux pays africains, répond aux mécanismes de ce véritable colonialisme idéologique qui détruit la famille dans ses valeurs et fondements.

Le drame est que la civilisation occidentale déclinante continue d’imposer au reste du monde une manière et une vision de l’homme, du monde et de la société qui a déjà fait preuve de ses limites. Son erreur fondamentale a été de penser que l’on peut vivre sans Dieu, se suffire à soi-même et devenir son propre dieu. Comment faire face à ce danger ? Résister et s’affirmer.

La première attitude est de dire non au colonialisme idéologique. En refusant clairement toute aide au développement qui porte en arrière-plan une politique de destruction des valeurs de la famille. Ce n’est pas impossible, un pays comme le Sénégal a pu faire ce pas salutaire.

Il nous faudra également mettre en valeur notre vision philosophique sur la beauté de la famille comme lieu de transmission de la vie, des valeurs, de la culture et de la foi. Quand Benoît XVI a dit que l’Afrique est le poumon spirituel de l’humanité, ce n’est pas un titre, c’est une mission. C’est d’ailleurs ce que nous rappelle Marguerite Peeters sur la responsabilité de l’Afrique à contribuer au salut de l’humanité par la promotion de ses valeurs culturelles et familiales. Et l’Église doit être à l’avant-garde de cette mission avec courage et détermination.

Serge Bidouzo

Related Posts