mars 20, 2019
La Une

LA LUMIÈRE DE BETHLÉEM AU BÉNIN : De belles perspectives pour la paix en Afrique

LA LUMIÈRE DE BETHLÉEM AU BÉNIN

De belles perspectives pour la paix en Afrique

 

L’aumônerie de la jeunesse de l’archidiocèse de Cotonou a accueilli le jeudi 20 décembre 2018, la Lumière de la Paix de Bethléem. Au cours de la célébration anticipée de la fête de Noël le samedi 23 décembre 2018 au Centre Paul VI, elle a transmis la Flamme de la Paix à plusieurs délégations chargées de la répandre dans toute l’Afrique, et dans tous les diocèses du Bénin.

 

Dans la nuit du 20 décembre 2018, les usagers du tronçon menant de l’aéroport Cardinal Bernardin Gantin au Centre Paul VI assistent à une scène curieuse : une escorte de scouts béninois chante et prie derrière l’un des leurs, tenant délicatement un coffret transparent dont l’enceinte est éclairée par un cierge. En réalité, c’est la Lumière de la Paix de Bethléem ramenée de la France par Patrick Sogni sur l’initiative du père Francis Adimou, aumônier de la jeunesse de l’archidiocèse de Cotonou. Au cours de la célébration eucharistique, le samedi 23 décembre 2018, le père Adimou a levé un coin de voile sur la raison de ce projet. « Nous avons voulu nous rallier à la tradition autrichienne, car la Lumière de Bethléem symbolise pour le chrétien, le Christ, soleil levant, venu dans notre humanité. À travers elle, c’est à Jésus-Christ que nous rendons grâce », confie-t-il. Dans son homélie, l’aumônier adjoint de la jeunesse de l’archidiocèse de Cotonou, le père Sabin Sèdégnon, s’exclame : « Que de ténèbres encore en nous ! La Lumière de Bethléem est venue pour illuminer le monde ». « En Jésus-Christ, Dieu s’est dit définitivement. En lui, nous avons tout reçu, de sorte que plus personne ne peut logiquement, raisonnablement et objectivement en vouloir à Dieu pour quoi que ce soit de sa vie », souligne-t-il. Après avoir salué la détermination et la tenacité du père Francis Adimou, l’aumônier des scouts en Afrique, le père Benoît Odounsi précise : « La lumière de Bethléem n’est pas une relique. La lanterne qui porte la Lumière n’est pas, non plus, un reliquaire. Ce n’est pas l’initiative d’un groupe, d’un pays, d’une association, ou d’une congrégation qui veut faire la promotion d’une certaine sainteté ». « La Lumière de Bethléem se partage dans un esprit de paix et de fraternité pour que le Christ, prince de la paix, entre dans tous les pays, dans toutes les maisons, dans tous les cœurs », explique-t-il avant d’ajouter : « Voilà la paix que nous apportons à notre pays cette année. Le Bénin devient la porte par laquelle est entrée en Afrique, la Lumière de Bethléem. À partir de Cotonou, la Lumière atteindra tous les confins du Bénin. De flamme en flamme, de personne en personne, nous atteindrons toute l’Afrique ». C’est dans cette perspective qu’après l’envoi en mission des différentes délégations vicariales et diocésaines, la première flamme a été allumée et remise au secrétaire de l’Archevêque de Cotonou, le père Ghislain Koutoukloui. Ensuite, une autre flamme a été allumée et transmise au secrétaire adjoint de la Conférence épiscopale du Bénin, le père Pascal Guézodjè. Après l’étape de l’évêché de Porto-Novo, c’est la Maison africaine de la paix à Adjati qui a reçu la Flamme de la Paix au bénéfice de toutes les confessions religieuses au Bénin.

Florent HOUESSINON


Brève histoire de la Lumière de Bethléem

La Lumière de la Paix de Bethléem, également appelée Lumière de Bethléem, est une action initiée en 1986 par la station de radio de Haute-Autriche pour lutter contre la pauvreté et apporter la paix, la solidarité et la communion fraternelle dans le monde. Cette initiative a été reprise par les scouts autrichiens. Chaque année, quelques jours avant Noël, une lumière est allumée dans la grotte de la Nativité à Bethléem et partagée en relais à travers l’Europe et l’Amérique du Nord. Tous les ans, a lieu une cérémonie religieuse à Vienne en Autriche le troisième samedi de l’Avent, à laquelle participent des délégations scoutes de nombreux pays. Au cours de cette cérémonie, chaque délégation allume sa flamme pour la rapporter dans son pays afin de la transmettre aux personnes démunies et aux malades en signe d’espérance.

 

 

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − 13 =