janvier 23, 2019
Simplement François

Simplement François

Résistance à la consolation

« Consolez, consolez mon peuple,- dit votre Dieu – parlez au cœur de Jérusalem. Proclamez que son service est accompli, que son crime est expié ». Il s’agit de la consolation du salut, de la bonne nouvelle que nous avons été sauvés. Mais nous ne voulons pas prendre de risque, et nous opposons de la résistance à la consolation, comme si nous étions plus en sécurité dans les eaux turbulentes des problèmes. Nous parions sur la désolation, sur les problèmes, sur la défaite. Nous sommes attachés à ce pessimisme spirituel. Comment console le Seigneur ? Par la tendresse. C’est un mot supprimé par tous les vices qui nous éloignent du Seigneur : vices cléricaux, vices des chrétiens qui ne veulent pas bouger, qui sont tièdes. La tendresse fait peur. Mais elle est la façon de consoler du Seigneur. La tendresse console. L’état habituel du chrétien doit être la consolation. Même dans les mauvais moments : les martyrs entraient au Colisée en chantant ; les martyrs d’aujourd’hui – je pense aux courageux ouvriers coptes égorgés sur une plage de Libye – meurent en disant « Jésus, Jésus ! » : il y a là une consolation ; une joie y compris au moment du martyre. La consolation n’est pas la même chose que l’optimisme, non : la consolation se voit dans les “personnes lumineuses, positives”. Dans les moments de souffrance, le chrétien ne peut pas perdre la paix, parce qu’elle est un don du Seigneur. Que moi aussi je me prépare à Noël au moins avec la paix : la paix du cœur, la paix de Ta présence, la paix que donnent Tes caresses. Je ne veux pas la paix, je résiste à la paix, je résiste à la consolation. Mais Il est à la porte. Il frappe pour que nous ouvrions notre cœur pour nous laisser consoler et pour nous laisser apaiser. Et Il le fait avec douceur : Il frappe avec des caresses.

(Homélie, Maison Sainte-Marthe, 10 décembre 2018)

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq + 16 =