décembre 12, 2018
Dossier

CARITAS-BENIN

60 ans au service du développement intégral de l’Homme

Du 13 au 15 novembre 2018, les délégués diocésains de Caritas-Bénin ont séjourné au Centre Saint Ambroise du diocèse de Djougou pour un double événement : la tenue de la 31e Assemblée générale et la célébration des 60 ans de création de Caritas-Bénin.

   Ouvrir davantage le cœur pour soulager les nécessiteux

Placée sous le thème « Caritas-Bénin, 60 ans au service du Développement Humain Intégral pour une cohésion sociale durable », la commémoration de la présence de Caritas au Bénin dans le diocèse de Djougou, a été marquée par les travaux de la 31e Assemblée générale de la structure.

Le mardi 13 novembre 2019, l’enceinte de l’église du Centre Saint Ambroise de Djougou grouille de monde à la messe de 6h45. Dans la foule, se distinguaient clairement les directeurs des Caritas des diocèses de Djougou, d’Abomey, de Lokossa, de Parakou, de Kandi, de Natitingou, de  Cotonou et de N’Dali, tous en procession avec le directeur du Centre Saint Ambroise, le directeur national de Caritas-Bénin et Mgr Aristide Gonsallo, évêque  de Porto-Novo, pour la messe matinale. À l’entame de l’eucharistie, le Vicaire général du diocèse de Djougou, le père Jean-Louis Kpangon, a souhaité la bienvenue à tous les participants à l’Assemblée générale. Dans son homélie, le président de Caritas-Bénin, Mgr Aristide Gonsallo, a fait part de sa joie pour les nombreuses occasions que Dieu donne de partager sa Parole. Faisant le lien entre les textes du lundi 12 novembre et ceux du mardi 13 novembre 2018, il a reprécisé le rôle de chaque acteur, femmes âgées, jeunes et hommes au service de l’Église.

Après la messe, trois interventions ont lancé les travaux de la 31e Assemblée générale. Dans son intervention, le père Marcos Delgado, directeur de la Caritas diocésaine de Djougou, a invité les participants à méditer sur le thème: «Ouvre tes yeux», objet de l’assemblée diocésaine tenue la veille. Ceci, pour aller davantage de l’avant dans l’engagement au service des personnes vulnérables. À sa suite, le vicaire général, le père Jean-Louis Kpangon, a retracé les actions de Caritas-Bénin depuis 60 ans, son travail d’organisation qui porte sur « la personne humaine dans toutes ses dimensions : personnelle et sociale, spirituelle et corporelle, historique et transcendante ». Il a ensuite invité tous les participants à réfléchir pour l’amélioration des stratégies de mobilisation de ressources, et surtout à faire comprendre de plus en plus à l’Église et à la société humaine, la nécessité d’ouvrir davantage les mains, le cœur et les maisons pour soulager les misères de nos frères et sœurs. Prenant la parole, Mgr Aristide Gonsallo a souligné que cette 31e Assemblée générale, loin d’être une rencontre ordinaire ou habituelle, est marquée par deux grands événements de l’histoire de Caritas-Bénin : les élections pour le renouvellement de certains membres du Conseil d’administration, et la célébration de ses 60 ans. En rappelant les actions que mène Caritas-Bénin pour soulager nombre d’enfants et personnes vulnérables, Mgr Gonsallo a renouvelé son entière disponibilité et sa communion paternelle aux côtés de tous pour une action plus efficace sur le terrain. Les réconfortantes actions de Caritas-Bénin ont amené M. Ousseni Ouorou Zoumarou, secrétaire général de la mairie de Djougou à déclarer : « Nous remercions Caritas-Bénin pour toutes ses actions dans la Commune de Djougou, en particulier la mise en œuvre du projet de prise en charge des enfants en situation de mendicité ». Par ailleurs, il a renouvelé la disponibilité de tout le Conseil communal à accompagner Caritas-Bénin dans ses œuvres.

« Et si Caritas-Bénin était un baobab ? » C’est le sous-thème que M. Cyrille Séké de Caritas Africa et de la Coordination Diro à Lomé, a développé en mettant l’accent sur la communication et l’interaction, la capitalisation des acquis, et la synthèse illustrée des travaux de groupes.

La restitution des travaux a permis de ramener toutes les actions de Caritas-Bénin, ainsi que les leçons apprises à ce baobab dont les racines constituent les ressources à exploiter et les actions à mener ; le tronc, la culture managériale et comportementale, en conformité avec l’Enseignement Social Catholique, le Développement Humain Intégral ainsi que la cohésion sociale ; et les feuillages, les types, les dimensions et les qualités de changements désirés.

À la phase de la présentation du rapport moral, Mgr Aristide Gonsallo, président de Caritas-Bénin, a insisté sur les représentativités, les relations extérieures, les différentes missions reçues, la tenue des réunions statutaires et les perspectives. En mettant l’accent sur les perspectives, le prélat a entre autres souligné : la poursuite et le renforcement des capacités des acteurs du réseau, la finalisation des formalités complémentaires pour le renouvellement de l’Accord-Cadre, la réorganisation des campagnes de Carême et Semaines Nationales de Charité afin d’augmenter la mobilisation des ressources locales.

Renforçant le rapport moral présenté par Mgr Gonsallo, le directeur national de Caritas-Bénin, le père Philippe Sanhouékoua, a exposé le rapport d’activité couvrant la période du 1er janvier à septembre 2018. Il ressort que toutes les activités réalisées sont en lien avec les quatre axes stratégiques, et ont porté sur les résultats et les difficultés de la mise en œuvre des projets, les défis à relever. Tout en reconnaissant les limites, le père Sanhouékoua se réjouit de l’atteinte de son tout premier objectif relatif au travail pour le vivre ensemble pacifique entre les acteurs de Caritas-Bénin. À quelques mois de la fin de son mandat, il énonce quelques priorités : travailler à l’auto-prise en charge des structures diocésaines de Caritas-Bénin, étendre les renforcements de capacités à la base, renforcer et mieux vivre la solidarité entre les Caritas diocésaines elles-mêmes et entre la direction nationale, redynamiser la communication au sein du réseau Caritas-Bénin.

  Se souvenir de l’autre

 L’apothéose de la célébration des 60 ans de Caritas-Bénin a été la messe pontificale du jeudi 15 novembre 2018, présidée par Mgr Aristide Gonsallo, et concélébrée par Mgr Paul Vieira, évêque de Djougou, et Mgr Antoine Sabi Bio, évêque de Natitingou, ainsi qu’une cinquantaine de prêtres.

A l’entame de l’eucharistie, Mgr Paul Vieira a salué toutes les délégations diocésaines venues à Djougou, ainsi que la présence de M. Abichaé Abraham Akpala, maire de Djougou. Il a également salué la clairvoyance des évêques du Bénin qui ont pensé, depuis 1958, à la création du Secours catholique dahoméen, devenu Caritas-Bénin. « C’est une grâce pour le diocèse de Djougou d’accueillir les noces de diamant de Caritas-Bénin », s’est exclamé Mgr Vieira. Dans son homélie, Mgr Aristide Gonsallo a fait le lien entre l’avènement du règne de Dieu et la mise en pratique de la pastorale sociale confiée à la Caritas par les évêques du Bénin depuis 1958. « Oui, chacun de nous a besoin de la mémoire de l’autre […]. Et si nous voulons partager la beauté du monde, si nous voulons être solidaires de ses souffrances, nous devons apprendre à nous souvenir ensemble », affirme-t-il. Puis, l’évêque de Porto-Novo souligne :  « Avec la croissance continuelle de l’Église au Bénin, est née aussi la nécessité d’organiser la charité d’abord au niveau des communautés paroissiales et depuis soixante ans maintenant, Caritas-Bénin est devenue une organisation nationale. Pendant 60 ans, Caritas-Bénin a travaillé à remettre l’homme debout en luttant contre les inégalités sociales pour une cohésion durable à travers la mise en œuvre de divers projets et programmes ».

Ayant une pensée pour les indigents, le président de Caritas-Bénin lance : « Je voudrais saluer tous nos frères et sœurs indigents qui sont à la périphérie de l’existence et qui répondent à notre appel à leur venir en aide. C’est le Christ qui se manifeste à nous à travers leur présence. Ce sont les œuvres caritatives que la société perçoit. Les bonnes actions sont comme une fenêtre à travers laquelle l’Église est regardée et évaluée. Souvent, ces œuvres caritatives servent également d’approche pour nouer un dialogue plus profond sur la foi ». Et pour conclure sa prédication, Mgr Gonsallo précise : « La vie commence à 60 ans dit-on ! Une nouvelle vie commence pour Caritas-Bénin, avec l’engagement ferme d’accueillir le Royaume de Dieu tous les jours à travers le secours et la force de discerner la présence et l’action du Christ dans nos frères et sœurs aux périphéries de l’existence. Qu’intercèdent pour nous les saints patrons de la Caritas comme Saint Paul VI et saint Oscar Romero ». Visiblement ému, Abichaé Abraham Akpla, maire de Djougou laisse éclater sa joie : « Que Dieu bénisse Caritas-Bénin. Les populations de Djougou ont été longtemps bénéficiaires de ses interventions dans le domaine de l’accès à l’eau potable, de la santé, de l’évangélisation, de l’éducation et bien d’autres domaines vitaux. Tout récemment, Caritas-Bénin a travaillé avec la mairie pour la prise en charge des enfants en situation de mendicité. Je voudrais donc saluer cette collaboration avec les autorités locales ». La 31e Assemblée générale et la célébration des 60 ans de création de Caritas-Bénin ont pris fin avec des agapes fraternelles.

Mathieu-Modeste KPODEHOTO
MEMBRE DE LA COMMISSION DIOCÉSAINE
DES COMMUNICATIONS SOCIALES DE DJOUGOU

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze − deux =